POUR LA MEMOIRE
                               
VOYAGE DU SOUVENIR AUTOUR DU CAMP DE
      MAUTHAUSEN DU 8 AU 12 MAI 2009

 NUNCA OS OLVIDAREMOS - NOUS NE VOUS                     OUBLIERONS JAMAIS


                          


                 A Ramòn ,
                
                 Aux membres de notre famille qui ont échappé à l'internement

                 A tous ceux qui sont morts en déportation ou qui en sont revenus
                 meutris à jamais.

                 Pour que jamais on les oublie !


                       Vendredi 8 Mai 2009

Nous attendions ce moment depuis quelques mois déjà et maintenant nous y voilà !
                      

8 Mai 2009 , il est 8 heures du matin et dans quelques instants le TGV nous emmènera , ma mère et moi , à l'aéroport Roissy Charles de Gaulle où nous ferons connaissance avec ceux qui seront nos compagnons de voyage durant ces 5 jours.

Je dois dire que je suis particulièrement excitée par ce départ , par ce voyage qui nous tient tant à coeur à toutes les deux. Enfin se présente à nous l'opportunité de toucher du doigt cette terrible réalité que furent la déportation et la mort (avec toutes les souffrances tant physiques que morales) qui furent le lot de mon arrière-grand -père maternel : Ramòn , déporté le 20 Août 1940 ( à l'âge de 65 ans) par le convoi des 927 , premier convoi parti de rance ( Angoulême ) , envoyé par les allemands en direction des camps dans des wagons à bestiaux ! Interné à Mauthausen puis transféré à Gusen (camp annexe de Mauthausen ) où il fut assassiné le 12 Mai 1941 . Neuf mois de désespérance et d'extrèmes souffrances . Neuf mois , le temps qu'il faut à un enfant pour naître . Neuf mois pour souffrir et mourir.!

Enfin se présente à nous l'occasion concrète de lui rendre hommage ! Nous sommes investies de cette mission par les membres de notre famille qui n'ont pas pu se joindre à nous . Et c'est , pour moi, un grand honneur d'être cette ambassadrice .

Le voyage en train , 4 heures qui passent plutôt vite . Je suis un peu comme dans une bulle , je ne réalise pas encore tout-à-fait . Il n'y a pas si longtemps , je n'aurai pas imaginé être là aujourd'hui , en route vers l'Autriche !

12h30 : nous voici arrivées à l'aéroport où nous commençons par repérer les lieux d'après les indications de l'Amicale de Mauthausen avec qui nous entreprenons ce voyage , afin de savoir où nous rendre quand arrivera l'heure du rendez-vous .

           

Nous nous installons pour prendre notre repas , des sandwiches et des fruits que nous avions emportés. Puis nous allons prendre un café dans une brasserie avec vue sur les pistes et les appareils qui se posent et décollent régulièrement.
Encombrées par nos bagages , nous ne pouvons pas trop naviguer dans l'aéroport et de plus nous ne souhaitons pas trop nous éloigner du lieu du rassemblement.

Il est maintenant 14h45 et il est temps de rejoindre la salle oùse réunissent les groupes. Quelques personnes sont déjà là et petit à petit nous allons commencer à faire connaissance.
Nous cherchons Chantal , avec qui j'ai été en contact pour la préparation du voyage et qui m'a communiqué tous les détails. J'aperçoois une personne portant un badge comme celui qui sera remis à chacun de nous et qui nous permettra de signaler notre appartenance à ce groupe. Je vais à sa rencontre , me présente et lui demande si elle est Chantal . C'est en fait Pierrette, celle qui nous guidera etChantal nous rejoindra un peu plus tard, venant de l'Est de la France où elle réside.. Pierrette nous remet donc nos badges et nous commençons à faire connaissance.

                           



Une partie d'entre nous est là , comme nous , pour la première fois , d'autres sont visiblement des habitués qui se connaissent bien . J'observe , je filme afin d'engranger le plus possible de ces moments qui seront , pour nous inoubliables. Et cela ne fait que commencer ! De petits groupes se sont formés , par deux , par trois ou plus et peu à peu commencent les présentations , l'échange de noms , du lieu d'origine . Nous venons tous des quatre coins de la France et même d'Espagne . Il faut dire que cette année , notre groupe est composé à peu près pour moitié de Républicains Espagnols ou de leur famille.

Il y a parmi nous des anciens déportés , pas tout jeunes bien sûr ! Notre attention est plus particulièrement attirée par l'un d'eux , encore très alerte et à qui j'aurai pu donner 75 ans . Il en a en réalité 91 (c'est sans doute notre doyen) et je dois dire que je suis stupéfaite en apprenant son âge !



                                                 


                                        

L'enregistrement des bagages commence avec un peu de retard. Une seule personne est là pour nous prendre charge et nous sommes une cinquantaine. Après le passage de quatre ou cinq d'entre nous , le tapis acheminant les valises stoppe et celles-ci ne peuvent plus être enregistrées . Petit moment de confusion ! L'employée fait tout son possible pour que tout rentre dans l'ordre mais  en vain ! Le tapis ne veut rien savoir et nous nous posons quelques questions. Allons-nous être à l'heure pour l'embarquement ? Une certaine effervescence s'empare du groupe mais assez vite des mesures sont mises en place pour que les formalités puissent s'accomplir dans les délais . Ouf ! Nous en serons quittes pour une petite frayeur ! Les bagages enfin acheminés , nous passons les portiques et nous nous retrouvons dans la zone d'embarquement , puis dans l'avion . Cette fois-ci nous y sommes pour de bon , l'aventure va vraiment commencer ! Nous voici à bord de l'appareil qui va nous emmener enfin sur le chemin de la Mémoire !

Vol tranquille , sans incident , plus rapide que je ne l'aurai pensé . Aux alentours de 18 h nous débarquons à Vienne où nous attend un car avec Frantz qui sera notre chauffeur durant tout notre séjour .

Commence alors le trajet vers Linz , où nous seront hébergés durant ces 5 jours à l'hôtel Novotel . Un peu plus de deux heures dans un paysage enchanteur , sur une autoroute bordée dans presque dans sa totalité d'un mur anti-bruit , décoré par endroits et qui s'intègre très bien dans ce paysage. Tout confirme ce que j'avais entendu dire : l'Autriche est un pays magnifique , très vert , très bien entretenu. La moitié de son  territoire est composée de forêts dont les 3/4 se situent en montagne.

Ma première sensation devant ces paysages , c'est une impression de propreté , de netteté , comme si le pays avait été rincé à grande eau ! De plus nous avons la chance de débuter notre prériple sous le soleil , ce qui rend la vue d'autant plus belle .

Un peu après 20 heures , nous arrivons à l'hôtel qui sera notre lieu de villégiature pendant tout notre séjour .

     

La réception est très sympathique à l'accueil où l'Amicale est bien connue car c'est ici que ses membres séjournent lors des deux voyages annuels organisés par ses responsables.

Nous disposons nos bagages dans le hall, et comme il est déjà tard , nous prenons place autour de la collation qui nous a été préparée sous forme de buffet avant de nous installer pour nous présenter et commencer à échanger nos histoires respectives , sans entrer dans les détails : le temps nous manque ce soir , la journée  a été bien remplie et nous aurons la possibilité de le faire au cours des jours suivants . Quelques uns de nos compagnons prennent respectivement la parole : anciens déportés, enants , mari ou femme ....Ma mère est à son tour invitée à se présenter et à parler brièvement de ce qui nous a poussées à entreprendre ce voyage et de l'histoire de notre famille . Un peu prise de court et un peu émue de faire l'attention de tous, elle entrace les grandes lignes. Tout au liong de ce voyage , tout ce qu'on pu subir nos proches suscitera l'intérêt et nous serons amenées à répondre à de nombreuses interrogations.

Après plusieurs interventions,nous nous retirons tous dans  nos chambres avec la consigne de nous retrouver le lendemain matin pour le petit-déjeuner.Le départ en car aura lieu à 8 heures précises , car une longue journée nous attend. Il est donc temps d'aller nous reposer !

                           

La chambre , que je partage avec ma mère , est spacieuse et confortable . Nous traînons un peu , fatiguées mais un peu énervées par cette journée si particulière que nous venons de vivre. Le sommeil a du mal à venir. Les idées ,les images se bousculent dans ma tête , j'ai un peu de mal à réaliser que nous sommes en Autriche ! Nous en avons tellement parlé et depuis si longtemps que j'ai un peu de mal à assimiler que cette fois-ci , ça y est , nous y sommes ! Puis, peu à peu l'engourdissement et le sommeil qui vient, jusqu'au matin où nous n'aurons pas besoin du réveil par téléphone qui a été demandé la veille par les responsables de l'Amicale , afin que tout le monde soit à l'heure.Une longue journée s'annonce que nous savons sans aucun doute chargée de beaucoup d'émotions personnelles car elle va nous emmener sur les traces de Ramòn à Mauthausen et Gusen où nous allons pouvoir penser très fort à lui ! .....



                                         SAMEDI 9 MAI 2009

Bien avant l'heure du rendez-vous , nous sommes éveillées et nous nous préparons pour nous rendre dans la salle à manger où un copieux petit-déjeuner nous attend. 

                           

Nous n'avons que l'embarras du choix ! Du salé , du sucré, des fruits, des céréales, du pain, des boissons ....et j'en passe ! C'est un bon moment que nous savourons et que nous mettons à profit pour faire plus ample connaissance avec certains de ceux qui vont partager avec nous de nombreux moments d'émotion . J'essaie de mémoriser le maximum d'entre eux afin de faciliter la communicationb durant les jours qui vont suivre. 

Nous rejoignons le car . Franz est déjà à son poste, il veille à tout : au bon fonctionnement de son véhicule , à notre sécurité , à notre bien-être . Nous sommes une cinquantaine et ce n'est sans doute pas facile pour lui ,mais il connaitn très bien son métier et l'exerce à merveille. Il est habitué à retrouver chaque année un groupe semblable au notre et certains personnes qui viennent ici régulièrement . Nous profiterons du voyage en car pour continuer à faire connaissan ce en bavardant avec nos voisins les plus prches.

Il est 8 heures : c'est le départ de cette première journée, au cours de laquelle nous allons enfin plonger au coeur de ce pour quoi nous sommes venues ici . La Mémoire , le Souvenir , l'Hommage ...En ce samedi 9 Mai 2009 , nous nous dirigeons vers le camp d'Ebensee , un des camp annexes de Mauthausen , situé à l'extrémité sud du très beau Lac du Traun , entouré de montagnes enneigées. 

                     





                                    

Sous un soleil éclatant  nous découvrons un paysage magnifique , un cadre enchanteur pour une histoire qui fut , elle , bien loin de l'être ! Ce camp avait pour fonction première de fournir de la main-d'oeuvre pour la construction de tunnels destinés à accueillir des usines d'armement . Parmi les déportés qui nous accompagnent , Henri fut l'un de ceux qui , comme le mari de Pierrette et bien d'autres travaillèrent dans ce camp.

                          

Durant le trajet qui nous conduit vers ces lieux de tragédie , Henri nous parle de son histoire , de ce qu'il a  vécu ici , du oird glacial qui régnait en hiver , de l'extrème chaleur durant l'été .....des brimades , des violences subies ici , comme dans tous les camps que nous visiterons et qui reviennent de façon récurrente . Henri nous raconte et on a du mal à imaginer toutes les atrocités qui ont été perpétrées ici, dans ce décor grandiose ! Henri raconte et malgré son sourire c'est un peu comme s'il nous relatait un de ses pires cauchemars ! Henri raconte ....Les mots me manquent !....

Le car nous dépose au village et nous empruntons le chemin que prenaient chaque matin les déportés pour se rendre dans les tunnels ; 2 kms à pied aller, 2 kms retour (pour ceux qui reveanient : certains , ceux qui mourraient dans la journée, portés par leurs camarades qui les ramenaient au camp !) et entre les deux jusqu'à quatorze heures de dur labeur à creuser et à aménager les tunnels sans partiquement rien manger de la journée ! Au début les pauvres hommes traversaient tous les jours le village au vu et au su de tous , jusqu'à ce que l'on décide de changer le chemin pour ne pas déranger la vie des villageois.

Nous commençons la visite des tunnels . Une première partie a été réaménagée pour permettre la visite avec des photos , des plans, des explications . Ensuite les tunnels ont été conservés (tout en étant entretenus)afin que l'on puisse les voir comme ils étaient à cette époque .

          





                                     




   

Diverses cérémonies se tiennent dans les salles latérales , avec la présence de nombreuses délégations représentant de nombreux pays ; beaucoup de déportés d'Ebensee étaient d'origine polonaise ce qui explique l'importante délégation polonaise présente ici aujourd'hui .

On estime à environ 20000 le nombre de prisonniers morts dans ce camp et chaque année l'hommage qui leur est rendu est impressionnant !

                   

Ce samedi 9 mai , de nombreuses commémorations internationnales se tiennent dans ces lieux . C'est ce jour-là que de jeunes néo-nazis choisissent pour semer le trouble ! Alors que je découvre les tunnels plongés dans la pénombre , j'aperçois des silhouettes , toutes de noir vêtues , armées, marchant au pas de l'oie , le bras tendu et criant :" Heil Hitler " ! Au début , surprise , je ne comprends pas très bien ce qui se passe . Puis leur attitude me fait réaliser ce qu'ils sont et pourquoi ils sont là ! Scandalkisée , je vois autour de moi le sgens très perturbés et j'apprends alors que plusieurs personnes, dont le président de l'Amicale Française de Mauthausen Daniel Simon, ont été pris pour cible et touchés par des projectiles (identifiés par la suite comme des balels de caoutchouc). Nous sommes tous très vite en alerte et scandalisés par ce que nous venons de vivre !

Après cette visite mouvementée nous retournons au village où ont lieu les céremonies ofrficielles. Nombreux sont ceux  qui sont là aujourd'hui pour honorer leurs compatriotes dont trop nombreux sont ceux qui n'en sont jkamais revenus et ceux qui en sont revenus meurtris à jamais. Nous traversons la partie de la commune où se trouvait le camp et où , six mois à peine après sa fermeture on construisait déjà les maisons devant lesquelles nous passons. Sous certaines d'entre elles des restes humains doivent , sans aucun doute, être encore ensevelis !

Les cérémonies , empreintes de beauocup d'émotion , sont impresionnantes ! Et impressionnant aussi le nombre de jeunes qui accompagnent cahque délégation ! Je dois dire que cela fai tchaud au coeur , car ce sont eux qui construiront l'avenir et il est important qu'ils sachent et fassent savoir ce qui s'est passé ici !

Ma mère et moi nous rendons auprès des stèles érigées par différentes nations et , tout au long de ce voyage, nous serons partagées entres les stèles françaises et espagnoles . Nous ommes ici pour rendre hommage à tous ceux qui ont vécu k'enfer dans le système concentratonnaire mais , si nous ne renions en rien notre nationalité française, notre coeur est aussi largement espagnol et c'est en particulier à mon arrière-grand-père que nous sommes venues dire que nous ne l'oublierons pas ! Ce que nous pourrons faire dès cet après-midi en nous rendant à Gusen où il a disparu .


      




                             

Cette visite du premier des camps nazis soulève en moi énormément de sensations. Après avoir beauocup lu , vu beaucoup de photos , de documents, de reportages ,la présence et  le témoignage de nos anciens qui ont vécu toute cette horreur et en ont été marqués à jamais dans leur âme et dans leur chair donnent une autre dimension à tout ce que je savais déjà. Et je mesure plus que jamais l'atrocité, la cruauté, l'abomination que cela représente ! Et ce n'est que le début, ce n'est que le premier des camps où nous allons nos rendre !


Afficher la suite de cette page



 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement